Entreprenariat en Afrique : plus 100 startups en décembre à Abidjan

Article_lab

Du 1er au 3 décembre 2017, se tiendra à Abidjan une réunion de réflexion autour du thème : « Bancarisation : du cash à la banque », avec plus de 100 startups africaines. Une initiative de Land of African Business (LAB). Les 100 startups défendront durant 3 jours leurs projets devant un parterre de d’investisseurs en marge du sommet UA-UE. Ce
sera aussi l’occasion pour les jeunes entrepreneurs africains de montrer le savoir-faire d’un continent où le taux de chômage est des
plus élevés au monde. Surtout qu’à ce sommet, seront présents presque tout ce que les deux continents (Afrique et Europe) compte
d’investisseur et d’experts.
Cette foire à la promotion de l’entreprenariat jeune est placée sous le patronage du Bruno Nabagne KONE, Ministre de la Communication,
de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-Parole du gouvernement Ivoirien. Et est organisée par Land of African
Business (LAB). Avec pour objectif d’intéresser les jeunes entrepreneurs africain à la banque. D’où le thème « bancarisation : du
cash à la banque ». Il faut préciser que le taux de bancarisation en Afrique se situe en dessous des 15%.
Né il y a 3 ans, le Land of african business (LAB) propose des expertises de haut niveau, inspirant des solutions novatrices dans une
démarche sociétale inclusive. Il promeut le partage des meilleures pratiques environnementales, économiques, sociales, éducatives
et culturelles développées sur le continent.

La Côte d’Ivoire abrite la 3ème édition du LAB les 1er, 2 et 3 décembre 2017
sous le thème “Bancarisation : du cash a la banque”

Dans le prolongement du Sommet UA-UE, les figures emblématiques de
l’Afrique de demain se réunissent à Abidjan les 1er, 2 et 3 décembre 2017,
trois jours de réflexion et de partage, sous l’égide du Land of African Business
(LAB) qui depuis trois ans, propose des expertises de haut niveau, inspirant
des solutions novatrices dans une démarche sociétale inclusive, indiquent
Alexia Chiche et Philippe Sclavon dans un communiqué transmis à VivAfrik.
Thème de cette 3ème édition : « Bancarisation : du cash a la banque », avec des
experts faisant autorité, des institutions clés, et des profils atypiques. Loin des
grandes messes pro-africaines, où les officiants viennent se congratuler et distiller de bonnes intentions qui restent la plupart du
temps embryonnaires, le LAB est un lieu de partage d’expériences et d’expertises au service de solutions concrètes qui tracent les
chemins d’un développement pérenne, ajoute le document. Qui précise que neuf tables rondes réunissant économistes, financiers,
chefs d’entreprises, universitaires et personnalités politiques, seront l’occasion de discussions interactives, autour des thématiques
essentielles pour les porteurs de projets, parmi lesquelles : comment faciliter le financement des start-up face aux difficultés de la
bancarisation ?, la blockchain : un graal pour l’Afrique ?, nouvelles monnaies numériques, quelles opportunités ? et enfin l’’accès à la
terre, problématique du foncier lié à l’absence de bancarisation en zone rurale ?
Les African Rethink Awards, dénicheurs de Success Stories
Célébrant l’esprit d’entreprendre de la jeunesse africaine, ces rencontres permettront aussi à plus de 100 start-up, venues de tout le
continent et prises en charge par le LAB, de défendre leur business model devant un parterre d’investisseurs, chefs d’entreprises et
experts, dans le cadre des African Rethink Awards, dont les lauréats bénéficient d’un accompagnement de parrains impliqués tout
au long de l’année. Cinq Prix seront décernés : Grand Prix – Prix de la Francophonie – Prix Agri-Tec – Prix de l’Entreprenariat
Féminin – Prix de la Meilleure Start-Up Ivoirienne.
Si l’on se fie à notre source, dénicheurs de Success Stories, les African Rethink Awards, ont révélé quelques pépites à l’image de
Mariama Mamane (Jacigreen) qui transforme une plante nuisible en engrais naturel et en électricité, l’un des 20 projets les plus
prometteurs en Afrique selon l’ONU, Christian Hafidh Mwijage (ECOACT) qui utilise des déchets plastiques pour construire des
hôpitaux, des routes et des crèches, en matériaux de construction synthétique – Brenda Katwesigye (WAZI VISION) qui offre aux
écoliers des soins optiques et des paires de lunettes abordables conçues à partir de plastiques recyclés. Les femmes, au coeur des actions
de développement des territoires, seront également à l’honneur le dimanche, à travers deux tables rondes dédiées à l’économie
du genre : comment combattre la fatalité ?, de l’usage et de la représentation de la femme dans les marques en Afrique.
De nombreuses personnalités africaines seront présentes, parmi lesquelles : Bruno Nabagne Koné, ministre de la Communication,
de l’Economie numérique et de la Poste, Porte-parole du gouvernement ivoirien, parrain de cette 3e édition du LAB – Françoise
Assogba, ministre en charge de la Micro-Finance au Bénin – Touré Fama, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de
Côte-d’Ivoire – Candace Nkoth Bisseck, fondatrice de digitalfordevelopment.org, qui travaille sur le numérique comme levier de
développement – Mame Cafa Sall, fondatrice du cabinet Kaizen spécialisé en développement personnel des managers et dirigeants
et présidente de la commission leadership et compétitivité du Centre Africain de veille et d’intelligence économique (Cavie) –
Omar Cissé, président d’In Touch, acteur majeur de la Fintech.
Fruit de ce foisonnement d’idées et d’initiatives, un livre blanc reprenant l’essentiel de ces échanges, formulera des recommandations
qui seront présentées lors d’une journée de débriefing «Back from Abidjan» le 16 mars 2018 au Conseil Supérieur du Notariat
Francophone à Paris.